Bandeau
Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet
Sa naissance, sa production, son utilisation postale

Ce site philatélique donne toutes les informations connues sur le timbre 0,50F Marianne de Béquet en les illustrant.

Introduction à la présentation des timbres
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Introduction

Ce site est consacré à l’étude d’un timbre d’usage courant (TUC), la Marianne de Béquet à 0,50F. Ce type d’étude doit être centré sur la notion d’aspect telle que l’a introduite J.J. RABINEAU dans « Timbres de tous les jours » :

Un timbre-poste est un produit industriel. A ce titre, il est constitué de composants industriels : papier, gomme, type de report de la gravure taille-douce, couleur de l’encre, barre phosphorescente, dentelure...

La modification d’un seul de ces composants génère un nouvel aspect. Si cette modification est accidentelle, c’est une variété qui est générée.

Pour le timbre 0,50F Marianne de Béquet, les divers composants industriels mis en jeu sont :

  • la dentelure, qui permet de différencier les timbres provenant de feuilles, de carnets de 10 ou de 20 timbres ou de roulettes ;
  • le matériel d’impression : presse TD6, TD3 ou RGR ;
  • l’existence ou non de barre phosphorescente ;
  • le type de barre phosphorescente : A, D ou B ;
  • la gomme qui peut être métropolitaine (gomme arabique) ou tropicale (gomme synthétique à base d’alcool de polyvinyle, qui a la propriété d’être insensible aux variations hygrométriques ambiantes) ;
  • l’existence ou non d’une surcharge 25F CFA.

A partir du nombre de journées d’impression des timbres de feuilles de la Marianne de Béquet à 0,50F (et en comptant les samedis travaillés connus comme des jours normaux), il est possible d’établir des statistiques sur les divers aspects de ce timbre.

Cette arborescence donne les proportions entre les divers aspects du timbre 0,50F Marianne de Béquet. Il faut cependant ajouter deux remarques :

  • à l’époque de la Marianne de Béquet, aucune information sur les tirages sous forme de carnets ou de roulettes n’était fournie. On ne sait donc pas combien de timbres de carnets ou de roulettes ont été émis ;
  • les timbres avec gomme tropicale n’apparaissent pas dans l’arborescence, car ils ne représentent que 0,4% des timbres produits sous forme de feuilles (en comptant les timbres surchargés et ceux non surchargés).

Dans cette introduction, nous allons d’abord rappeler comment on peut reconnaître la provenance d’un timbre isolé. Puis nous illustrerons tous les aspects connus du timbre 0,50F Marianne de Béquet à l’aide de plis comportant au moins un exemplaire de ce timbre.

Dans les autres articles de cette rubrique, nous décrirons les timbres produits sous forme de feuilles, puis ceux vendus sous forme de carnets et enfin ceux confectionnés sous forme de roulettes. Nous terminerons cette rubrique en présentant des variétés que l’on peut rencontrer sur les timbres de cette Marianne.

Reconnaissance de la provenance des timbres

Nous allons d’abord préciser comment on peut reconnaître la provenance d’un timbre isolé, neuf ou sur enveloppe.

Provenance de feuille

Les timbres provenant de feuilles ont des bords qui ont été découpés manuellement, ce qui donne des dents filamenteuses comme on peut le voir sur les deux images qui suivent.
 

agrandissement x 10 des dents d’un timbre de feuille montrant des filaments dus à la découpe manuelle

 

agrandissement x 60 des dents d’un timbre de feuille montrant des filaments dus à la découpe manuelle

 

Le timbre 0,50F Marianne de Béquet en feuilles a été produit sur presses TD3 et TD6. On verra dans les deux articles Timbres imprimés sur les presses TD3 et article 11 que les presses TD3 produisent des timbres couchés, alors que les presses TD6 produisent des timbres debout. C’est cette différence que l’on peut observer sur un timbre détaché, en regardant les bords gauche et inférieur du timbre : s’il y a un excès d’encre sur le bord gauche, c’est un timbre provenant d’une presse TD3 ; si c’est sur le bord inférieur, c’est un timbre provenant d’une presse TD6. On peut voir cet aspect sur les quatre images qui suivent :

 

agrandissement x 10 des bords gauche et inférieur d’un timbre produit par une presse TD3 : l’excès d’encre est visible sur le bord gauche

 

agrandissement x 60 du bord gauche d’un timbre produit par une presse TD3

 

agrandissement x 10 des bords gauche et inférieur d’un timbre produit sur presse TD6 : l’excès d’encre est visible sur le bord inférieur

 

agrandissement x 60 du bord gauche d’un timbre produit sur presse TD6

 

Provenance de carnet

Les timbres de carnet ont au moins un bord horizontal qui a été massicoté, ce qui donne des dents beaucoup moins filamenteuses :

 

agrandissement x 10 des dents d’un timbre de carnet

 

agrandissement x 60 des dents d’un timbre de carnet

 

Provenance de roulette

Enfin, les timbres provenant de roulettes ont leurs côtés verticaux massicotés, donc quasiment sans filament :

 

agrandissement x 10 des dents d’un timbre de roulette

 

agrandissement x 60 des dents d’un timbre de roulette

 

Pour certaines des illustrations qui suivent, nous utiliserons la notion d’image cliquable : une zone colorée en gris apparaît lorsqu’elle est survolée avec la souris. Cette zone est réactive, c’est-à-dire qu’en cliquant dessus, on fait apparaître une nouvelle fenêtre dans laquelle figure un agrandissement du timbre figurant sur le pli et une photo prise sous UV. Nous ferons apparaître le terme image cliquable en tête de la légende d’une image cliquable.

Pour d’autres illustrations, un agrandissement du timbre peut apparaître si on survole l’image avec la souris, agrandissement qui disparaît lorsque la souris quitte la zone de l’image. Pour ces images, nous ferons figurer Au survol de cette image avec la souris sous l’image.

Timbres issus de feuilles

 

Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente provenant d'une feuille.
Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant que les dents ne sont pas massicotées, ce qui prouve que le timbre est bien issu de feuille (l’indication T.D.6-4 dans le bord de feuille confirme ce fait).

 

 

Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente issu d'une feuille TD6 avec une surcharge 25F CFA.
Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant que les dents ne sont pas massicotées, ce qui prouve que le timbre est bien issu de feuille.

 

 

Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente provenant d'une feuille TD3.
Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant que
  • les dents ne sont pas massicotées, ce qui prouve que le timbre est issu de feuille ;
  • le bord de feuille contient des guillochis, ce qui prouve que le timbre provient d'une feuille TD3.
  •  

     

    Lettre avec un timbre avec 3 barres phosphorescentes au type A provenant d'une feuille.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître une photo sous UV du timbre montrant les 3 barres phosphorescentes au type A.

     

     

    Lettre avec un timbre avec 3 barres phosphorescentes au type D provenant d'une feuille.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître une photo sous UV du timbre montrant les 3 barres au type D.

     

     

    Lettre avec un timbre avec 3 barres phosphorescentes au type B provenant d'une feuille.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître une photo sous UV du timbre montrant les 3 barres au type B.

     

    Timbres issus de carnets

    Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente issu d'un carnet de 10 timbres.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant que les dents des deux bords horizontaux sont massicotées, ce qui prouve que le timbre est bien issu d'un carnet de 10 timbres.
    Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente issu d'un carnet de 20 timbres.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant
  • le bord de feuille avec l'indicatif de presse (5) et la date d'impression (25.9.72), ce qui prouve que le timbre est issu d'un carnet ;
  • que seules les dents du bord horizontal supérieur sont massicotées, ce qui prouve que le timbre est issu d'un carnet de 20 timbres.
  • carnet20a

    Image cliquable : lettre affranchie avec un timbre 0,50F Marianne de Béquet avec 3 barres phosphorescentes au type A provenant d’un carnet de 20 timbres
    image

    Image cliquable : lettre affranchie avec un timbre 0,50F Marianne de Béquet avec 3 barres phosphorescentes au type B provenant d’un carnet de 20 timbres


    Image cliquable : lettre affranchie avec un timbre 0,50F Marianne de Béquet avec 3 barres phosphorescentes au type B provenant d’un carnet de 10 timbres

    Timbres issus de roulettes

    Lettre avec un timbre sans barre phosphorescente provenant d'une roulette.
    Au survol de cette image avec la souris, on fait apparaître un agrandissement du timbre montrant que les dents des deux bords verticaux sont massicotées, ce qui prouve que le timbre est bien issu d'une roulette.
    rouletteb

    Image cliquable : lettre affranchie avec un timbre 0,50F Marianne de Béquet avec 3 barres phosphorescentes au type B provenant d’une roulette

     


    Sites favoris

    pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce RSS

    2015-2018 © Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet - Tous droits réservés
    Site réalisé sous SPIP
    avec le squelette ESCAL 4.0.84
    Hébergeur : SpipFactory