Bandeau
Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet
Sa naissance, sa production, son utilisation postale

Ce site philatélique donne toutes les informations connues sur le timbre 0,50F Marianne de Béquet en les illustrant.

Le traitement automatique du courrier
logo imprimer

Introduction

Pour améliorer sa productivité, la Poste a choisi dans les années 1960 d’automatiser le tri du courrier. Sans rentrer dans les détails techniques, un ensemble de tri est constitué d’un ensemble de postes d’indexation et d’un ensemble de trieuses. Deux techniques ont été mises en œuvre : le tri direct et le tri différé, qui vont constituer les deux grandes parties de cet article.

Le tri direct

Dans un ensemble de tri direct, chaque poste d’indexation est relié directement à toutes les cases de la trieuse. On peut donc remarquer que l’information qui a permis d’effectuer le tri est perdue après réalisation de ce dernier. Dès 1959, la Poste s’est équipée d’ensembles de tri direct de marque Hotchkiss-Brandt. Lors du passage des enveloppes dans les machines de tri, une marque dite Marque de Tri Mécanique (M.T.M.) est positionnée suivant une ligne diagonale. Deux grandes périodes ont existé :

  • l’une avec utilisation de marques frappées à sec au verso des plis de 1959 à 1970 (donc ne pouvant être trouvées avec un timbre au type Marianne de Béquet) ;
  • l’autre avec utilisation de marques encrées au recto des enveloppes à partir de 1970, situées sur une diagonale de bas en haut et de gauche à droite.

Les premiers essais de marques encrées (dites encore marques humides) furent réalisés en 1967 au Centre de Tri de Paris-Brune avec l’utilisation du chiffre « 01 ». A partir de fin 1969, ce marquage fut généralisé sur toutes les machines des Centres de Tri concernés. Chaque machine de tri fut identifiée par une lettre (A, B, C, E, G, H ou I) et chacun des 6 postes de travail d’un ensemble de tri par un chiffre de 1 à 6.

  • Centre de tri de Paris R.P. rue du Louvre : il y a eu deux machines de tri, l’une imprimant la lettre B et l’autre imprimant la lettre C, de novembre 1970 à juin 1976.

 

lettre avec MTM B4 (Paris R.P. rue du Louvre)

 

lettre avec MTM C2 (Paris R.P. rue du Louvre)

 

  • Centre de tri de Paris-Brune : il y a eu deux machines de fin 1969 à mai 1972, imprimant les lettres E et G.
  • Centre de tri de Lille-Gare : la machine de tri a fonctionné de décembre 1970 à septembre 1979 et imprimait la lettre A.

 

lettre avec MTM A3 (Lille-gare)

 

  • Centre de tri de Marseille-Gare : il y a eu deux machines de mai 1972 à avril 1981, imprimant les lettres H et I.

 

lettre avec MTM I4 (Marseille-gare)

 

lettre avec double passage en machine de tri de Marseille-gare (H4 et I4)

 

Une curiosité pour finir cette partie :

 

M.T.M. imprimées avec une rotation de 90° (l’enveloppe a dû passer couchée sur le petit côté)

 

Le tri différé

Dans un ensemble de tri différé, les postes d’indexation sont indépendants de la trieuse. Lors du passage de l’enveloppe, un opérateur (ou un dispositif automatique comme le LIPAP (Lecteur Indexeur Pré-trieur d’Adresses Postales, de la société Recognition Equipment Incorporated) imprime sur l’enveloppe un codage permanent qui pourra être utilisé ultérieurement par une ou plusieurs trieuses.

Ce codage permanent prend la forme de marques d’indexation appelées Marques de Tri Électroniques (M.T.E.) imprimées au recto des plis (mis à part le code expérimental du C.N.E.T. de 1962 appelé programme n° 1, dont je ne parlerai pas ici. Le lecteur intéressé pourra consulter la brochure L’automation dans les P.T.T., tome 1, de C. Bourgeois ou le site LES BARRES PHOSPHORESCENTES ET LEURS VARIETES). Expérimenté dès 1962, le tri différé a beaucoup évolué au cours des années, puisque huit codes d’indexation ont été testés, avec deux types de marques : des marques horizontales jaunes et des marques verticales rouge orangé.

Seuls cinq d’entre eux peuvent être trouvés sur du courrier avec une Marianne de Béquet à 0,50 F. Ce sont ces codes que je vais développer dans ce qui suit.

Marques horizontales avec tirets jaunes

 

marque horizontale avec tirets jaunes (code P.L.M.)

 

Ces marques sont situées au recto des enveloppes, en bas à droite. Elles sont constituées de cinq colonnes de quatre tirets jaunes fluorescents de 5 mm sur 1 mm pouvant occuper huit positions différentes. Les colonnes sont séparées par un intervalle de 6 mm et la marque totale s’inscrit dans un rectangle englobant de 53 mm par 25 mm, distant de 16 à 17 mm du bord droit de l’enveloppe et de 15 à 16 mm du bord inférieur de celle-ci. Ces marques sont imprimées à l’aide d’un ruban de soie à encre fluorescente. A partir de février 1968, on peut trouver deux chiffres en creux et à sec sous la 4ème colonne, qui donnent le numéro du poste d’indexation qui a codé l’enveloppe, comme on peut le voir sur l’image suivante :
 

numéro 03 en creux et à sec du poste d’indexation

 

Il a existé deux catégories de marques horizontales : celles à « start » fixe (le « start » est le tiret supérieur de chaque colonne) et celles à « start » flottant. Enfin, les premiers codes étaient alphanumériques, les derniers seront numériques. Il faut noter que le codage (et donc la lecture) s’effectue de droite à gauche. Voici un codage à l’aide du code alphanumérique P.L.M. :

 

codage 42VVV avec le code P.L.M. (pour Saint Etienne)

 

Si les codes numériques reproduisent les 5 chiffres du code postal de destination, le fonctionnement des codes alphanumériques est plus complexe. En général, le codage est réalisé de la manière suivante :

  • les deux premières colonnes indiquent les deux chiffres du département de destination ;
  • la 3ème colonne comporte soit la première lettre du lieu de destination (voir la lettre avec codage 42ROA selon le code P.L.M.), soit un groupe de lettres formant une syllabe (BOU, CHA, ...) (voir la lettre avec codage 06(MONT)EC selon le code P.L.M.) ;
  • les 4ème et 5ème colonnes correspondent soit à la 2ème et 3ème lettre du nom du lieu de destination, soit les deux lettres suivant la syllabe.

Cependant, on peut aussi trouver des indexations du type :

Enfin, il existe des cas particuliers pour les villes de Paris, Lyon et Marseille :

Remarque : pour une même destination, il est possible de trouver des codages différents. Par exemple, pour 81 CASTRES, on peut trouver 81CAS ou 81VVV, suivant le centre de tri qui a traité l’enveloppe.

Après ces informations génériques sur les marques de tri électronique, je vais étudier les codes qui ont existé entre 1971 et 1978, et qui sont au nombre de quatre. Cependant, pour rendre les choses plus claires, je vais commencer par le code Austerlitz I, bien que l’on ne puisse pas le trouver sur une enveloppe avec un timbre au type Marianne de Béquet.
 

Le code Austerlitz 1

Ce code est à start fixe et alphanumérique. Il a été utilisé au centre de tri de la gare d’Austerlitz de 1965 à janvier 1970. Le dictionnaire de ce code est présenté ci-dessous :

 

dictionnaire pour la lecture du code Auzterlitz 1

 

Le code P.L.M. 

Ce code alphanumérique est à start flottant, le 1er tiret d’une colonne pouvant se trouver sur les lignes 1, 2 ou 3 (la présence d’un start fixe provoquait une usure importante du ruban d’impression à son endroit, d’où son abandon). Son dictionnaire est présenté ci-dessous :

 

dictionnaire pour la lecture du code P.L.M.

 

Ce code a été utilisé au centre Paris-P.L.M. de octobre 1969 à juillet 1975, au centre d’Arcueil de fin janvier 1971 au 31 juillet 1973 et au centre de Clermont-Ferrand de juin 1971 à octobre 1974. Voici quelques exemples de plis illustrant ce code :

 

lettre avec codage 42VVV selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 06(MONT)EC selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 42ROA selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 43222 selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 00006 selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 000KK selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 69L08 selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 69LKK selon le code P.L.M.

 

lettre avec codage 13M01 selon le code P.L.M. (erreur de codage : on aurait dû avoir 13M05)

 

lettre avec codage 13M00 selon le code P.L.M.

 

lettre avec code PLM erroné : 5 tirets en colonne 4

 

Le code Austerlitz 2

Ce code résulte d’une transformation du code Austerlitz 1 pour que celui-ci soit mis en concordance avec le code P.L.M. Comme la trieuse électronique détecte l’espace qui sépare verticalement les marques horizontales, on a fait glisser vers le haut toutes les lettres et tous les chiffres du code P.L.M. qui avaient un start sur les lignes 2 ou 3, de façon à obtenir un code alphanumérique à start fixe.

Voici ci-dessous le dictionnaire du code Austerlitz 2 :

 

dictionnaire pour la lecture du code Auzterlitz 2

 

lettre avec codage 64KKK selon le code Auzterlitz 2

 

Ce code semble avoir été utilisé du 19 janvier 1970 au 2 mai 1971 au centre de tri de la gare d’Austerlitz.

Le code Arcueil 1

Ce code est tout simplement la version purement numérique du code P.L.M., ce qui donne donc un code à start flottant. On obtient donc le dictionnaire suivant :

 

dictionnaire pour la lecture du code Arcueil 1

 

Ce code a été utilisé du 1er août 1973 au 3 mars 1974 au centre de tri d’Arcueil. Il semble que ce centre ait majoritairement traité du courrier non urgent issu de la banlieue parisienne.

Le code Arcueil 2

Ce code est un code numérique avec start fixe. Son dictionnaire est le suivant :
 

dictionnaire pour la lecture du code Arcueil 2

 

lettre avec codage 75017 selon le code Arcueil 2

 

Ce code a été utilisé du 4 mars 1974 à fin juillet 1974 au centre de tri d’Arcueil et du 10 octobre 1974 à ??? pour le centre de tri de Clermont-Ferrand.
 

Marques verticales avec tirets rouge orangé

 

marque verticale avec tirets rouge orangé (code La Source 2)

 

Ces marques sont constituées d’une série de petites barres verticales de couleur rouge orangé situées en bas à droite du recto de l’enveloppe sur une même ligne horizontale. Ces barres sont contenues dans un rectangle englobant de 61 mm par 4 mm, à 14-15 mm du bord droit de l’enveloppe et à 8-10 mm du bord inférieur. Là aussi, le codage (et donc la lecture) s’effectue de droite à gauche. On peut voir ci-dessous le codage de 42100 (Saint Étienne) avec le code La Source 2 :

 

codage avec le code La Source 2 de 42100

 

Au début, seules des indexations d’acheminement étaient imprimées en bas à droite de l’enveloppe, sous forme de 20 bâtonnets verticaux (5 « paquets » de 4 tirets). Deux codes différents ont existé, tous les deux numériques :
 

Le code La Source 1

Ce code se déduit directement du code Arcueil 2 en transformant les colonnes de tirets horizontaux lus du haut vers le bas en paquets de tirets verticaux lus de la droite vers la gauche. Ce code est donc à start fixe, comme le code Arcueil 2.

Voici un exemple de cette transformation :

 

 

Le dictionnaire de ce code est donc le suivant :

 

dictionnaire pour la lecture du code La Source 1

 

Ce code a été utilisé du 15 mars 1973 au 24 mars 1974 au centre de tri d’’Orléans-La Source et de février 1974 à avril 1974 au centre de tri d’Arcueil.
 

Le code La Source 2

Un nouveau code, dénommé La Source 2, a été introduit le 25.3.1974. Numérique, à start fixe, son objectif est de simplifier la programmation des logiciels de tri. Voici son dictionnaire :

 

dictionnaire pour la lecture du code La Source 2

 

lettre avec codage 75847 selon le code La Source 2

 

Ce code a d’abord été utilisé au centre de tri d’Orléans-La Source depuis le 25 mars 1974, puis, progressivement dans tous les centres de tris automatisés de France. C’est le code qui est encore utilisé de nos jours.

Depuis mars 1974, on trouve aussi des indexations de distribution en bas à gauche de l’enveloppe, sous forme de 19 bâtonnets verticaux. Je ne parlerai pas ici du dictionnaire de ces indexations de distribution (un peu complexes). Les internautes intéressés peuvent consulter la brochure L’automation dans les P.T.T., Tome 3, de A. FRYBOURG ou le site LES BARRES PHOSPHORESCENTES ET LEURS VARIETES.

 

lettre avec indexation d’acheminement et de distribution au code La Source 1 ; démonstration au SICOB 1973

 

Pour terminer cette section, voici une enveloppe avec une double indexation, directe et différée :
 

enveloppe avec M.T.M. de Marseille et M.T.E. code P.L.M.

 


Sites favoris

pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce RSS

2015-2018 © Etude monographique du 0,50F Marianne de Béquet - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.53
Hébergeur : SpipFactory